FACEBOOK TWITTER  Newsletter FA Connexion Mot de passe oublié ? S'abonner au magazine

Flux

Flux rss
Livres

Un pape de la BD française en visite à New York

Clémentine Gallot
2008-11-24 16:18:00

Un pape de la BD française en visite à New York
Les dessinateurs Nicolas de Crécy (à g.) et David B. (à dr.) à la School of Visual Arts, en Novembre 2008
workinpana via flickr

Partagez l'article

FACEBOOK   TWITTER
Agrandissez l’image
Un pape de la BD française en visite à New York
Agrandissez l’image
Un pape de la BD française en visite à New York
Agrandissez l’image
Un pape de la BD française en visite à New York

Le dessinateur français Nicolas de Crécy était présent à New York au festival Graphic Novels From Europe. Ses planches et celles d'autres représentants de la bande-dessinée européenne restent exposées aux services culturels de l'ambassade jusqu'au 12 décembre.

Une rencontre organisée au Museum of Comic and Cartoon Art en novembre mettait en présence deux poids lourds de la B.D française indépendante : David B., fondateur de la maison d'édition l'Association, qui présentait Nocturnal Conspiracies, une collection de nouvelles qui sortira en décembre aux Etats-Unis et à ses côtés, Nicolas de Crécy. Celui-ci était en terrain inconnu : « C'est la première fois que je viens à New York mais je l'ai toujours dessinée,» avoue celui qui s'inspire depuis longtemps des photos de l'Américaine Berenice Abbott. New York hante en effet l'œuvre de Nicolas de Crécy, du décor monumental du Bibendum Céleste aux vastes artères de New York sur Loire. « Ce New York je l'ai longtemps fantasmé et je suis content de le découvrir,» confie t-il, avant d'ajouter qu'il n'a pas pu dessiner dehors à cause du froid. « Pourtant, dessiner de l'architecture, c'est comme des vacances».


De Crécy est l'un des premiers dessinateurs formés à l'école d'Angoulême, une formation à l'époque « sans programme, où les profs étaient nuls et les élèves n'allaient jamais en cours». Avant d'être un temps décorateur chez Disney. Frère d'Etienne de Crécy du groupe Air, le timide Nicolas de Crécy n'est lui guère à l'aise en anglais, « C'est horrible de passer en dernier», murmure-t-il en se tordant les mains avant de prendre la parole au pupitre avec l'aide d'une traductrice. «Une B.D ça se lit, ça ne s'explique pas », s'excuse-t-il.

Ce qui frappe d'abord c'est éclectisme d'un auteur qui progresse par recherche formelle et n'hésite pas à changer de technique visuelle et narrative à chaque ouvrage. «La meilleur technique de travail, c'est la sieste », dit-il en plaisantant.


Il commence sa carrière de dessinateur indépendant avec Foligatto, en recherchant dans les autres arts visuels une influence qui nourrira son univers torturé et onirique. Pour sa première B.D, il travaille pendant deux ans à la gouache et au pastel, s'inspirant de la peinture fantasmatique de Ensor, Bosch et du style décoratif de Klimt. « Je me suis rendu compte qu'on pouvait installer une narration avec ces systèmes graphiques,» explique t-il. Cet expressionisme foisonnant lui paraît vite « un peu chargé », il se tourne alors vers plus de simplicité. Les trois volumes de Léon La Came (1995) avec son histoire contemporaine, son croquis rapide et sans story-board lui vaudront une reconnaissance immédiate au festival d'Angoulême et à l'étranger. Il va plus loin dans la simplification avec Super Monsieur Fruit, l'histoire d'un super-héros ventripotent doté de pouvoirs insignifiants, qui échoue à attraper son bus.


Seule œuvre pour l'instant traduite en anglais, Période Glaciaire (2007) est une commande du Louvre qui a invité le dessinateur à s'exprimer librement. « J'ai choisi de montrer le Louvre dans un futur lointain où l'Europe est prise dans la glace et le bâtiment est enfoui sous la neige. Des scientifiques découvrent les œuvres sans savoir ce qu'elles sont et les interprètent de façon erronée », raconte-t-il.

Sa dernière B.D, Journal d'un fantôme, se présente comme «un manifeste plus ou moins autobiographique », à cheval entre le Japon et le Brésil, avec une recherche graphique adaptée à chaque pays. « C'est l'histoire d'un dessin qui voyage et qui prend forme », explique-t-il avant d'ajouter, comme souvent, «c'est un peu compliqué ».


Occupé par divers projets d'illustration et de peinture, Nicolas de Crécy porte depuis plusieurs années une idée de long-métrage d'animation. Il avait déjà travaillé dans l'animation et réalisé La vieille dame et les pigeons en 1998. Sa collaboration avortée avec Sylvain Chomet sur le film Les triplettes de Belleville (2003), marquée par leur dispute et une accusation de plagiat, avait fait scandale dans le milieu de la B.D française. Ce nouveau projet est pour l'instant en suspens : malgré les récents succès de Persepolis et Valse avec Bachir, « plus le film est atypique, plus il est difficile de trouver un financement », regrette-t-il.

 

Infos pratiques :
Graphic Novels From Europe
Exposition aux Services culturels de l'ambassade de France, jusqu'au 12 décembre
972 Fifth Avenue ; New York.

 

 


Lire tous les articles de la rubrique Livres

BFM BUSINESS
 
PARTENAIRES

New York in French