FACEBOOK TWITTER  Newsletter FA Connexion Mot de passe oublié ? S'abonner au magazine

Flux

Flux rss
Communauté

PATjE, le succès à « Gogo »

Johanna Safar
2009-10-26 16:07:00

PATjE, le succès à « Gogo »

Avec « Gogo », PATjE a trouvé le succès et son public.
DR

Partagez l'article

FACEBOOK   TWITTER

C’est avec un titre en espagnol que PATjE, auteur-compositeur-interprète français, fait un carton aux États-Unis où il est installé. Depuis juillet, les DJ latinos passent en boucle « Gogo », tandis que le chanteur, qui a grandi à Marseille, tourne sur les plateaux télé des émissions les plus populaires auprès du public hispanique.

L’album qui sort sur son propre label, PATjE Sarl, s’appelle Pasaporte. Sûrement un signe pour ce voyageur, né à Genève dans une famille d’artistes, d’une mère espagnole et d’un père français, qui a choisi, il y a dix ans, la musique et les États-Unis pour de bon. Aujourd’hui il savoure son bonheur, né du succès de son single « Gogo », de rencontres déterminantes, de beaucoup de travail, et, ajoute-t-il, de la chance. Après un premier album en français sorti en 2004, c’est en espagnol et sur un air de fête que PATjE - diminutif de Patrice - a fait cet été son entrée dans les classements des Billboards latinos. Interrogé sur ses modèles, l'artiste cite Carlos Antonio Jobim, père de la bossa nova ou encore Paco de Lucia, guitariste et chanteur de flamenco, mais tient à préciser qu’ « écouter un petit Charles Aznavour de temps en temps ça fait du bien ».
PATJE qui vient de voir son entrée à la dixième place dans le North East Record Pool
doit maintenant imposer ses rythmes en Europe en attendant de lancer son deuxième titre « Che Date », aux États-Unis en 2010.

Vous avez travaillé dans la communication et l’édition. La chanson c’est une vocation tardive ?
Pas vraiment. Ça a toujours fait partie de mon univers, mais la volonté d’en faire une carrière professionnelle date d’il y a une dizaine d’années. J’avais ce rêve de gamin, qui a évolué, mais qui était là. Je savais que c’était réalisable puisque je suis né dans une famille d’artistes. Mais il fallait se donner les moyens de commencer une carrière aux États-Unis.

Votre ambition dès le départ était donc de vous lancer aux États-Unis ?
Oui. Aux États-Unis, on est dans l’univers du « possible » et dans un milieu très multiculturel qui donne l’impression que c’est plus facile… Je suis arrivé à Los Angeles il y a une dizaine d’années avec deux valises. Très rapidement je me suis rendu compte qu’il fallait que je puisse faire de la scène, de montrer mon travail et surtout avoir une expérience avec le public, localement. Ce que j’ai fait en Floride par exemple.

Vous chantez surtout en espagnol sur Pasaporte.
L’ espagnol et le français font naturellement partie de ma culture. Mais l’inspiration de beaucoup de mes titres, paroles et mélodie viennent en espagnol. C’est vrai que pour Pasaporte, j’ai maintenu cette dernière trajectoire. Mon premier album, Evasion, sorti en 2004-2005, était en français et en espagnol. J’ai beaucoup tourné alors sur la côte Ouest lors d’événements ou de festivals francophones… J’ai chanté dans les clubs aussi, ce qui nous a permis de bâtir un following… Et en français, ce n’était pas évident…

Il y a eu 4 ans entre Evasion et Pasaporte
Oui. On a passé beaucoup de temps sur ce dernier album. Sur ce projet, il y a des rencontres clé qui m’ont beaucoup aidé. Notamment des gens du métier comme Lupe de la Cruz, ex-vice-président de Univision (ndlr, chaîne américaine dont les programmes sont en espagnol) ou encore Silvestro Perrina et Huguet Rodriguez, aussi anciens d’Univision qui soutiennent et promeuvent l’album. C’est un métier où on subit tellement de refus que rencontrer ce genre de support dans votre vie, ça vous fait un bien fou.

Votre gros break aujourd’hui c’est « Gogo »…
Il y a des accidents heureux et « Gogo » est un accident merveilleux. C’est un titre qui continue de bien fonctionner depuis sa sortie en juillet. On est presque en novembre... L’internet permet vraiment de rallonger la durée de vie d’une chanson…

Vous avez été reçu par Don Francisco, qu’on pourrait décrire comme « le Guy Lux latino », présentateur de Sabato Gigande une émission très populaire sur Univision. C’est une consécration ?
… Don Francisco c’est la rencontre de Guy Lux et de Jacques Martin… Si ce n’est pas une consécration - elle est encore à venir ! -, c’est certainement une grande chance de rencontrer ce personnage incroyable  et d’être son invité. Des artistes doivent parfois attendre deux ans pour passer dans cette émission…

Quelle est la prochaine étape ?
On continue à promouvoir « Gogo » aux États-Unis, les deux versions, celle en espagnol et celle en anglais… puis on va le pousser en Europe. On a déjà commencé timidiment, et on va maintenant accélérer le mouvement. Début 2010 nous allons sortir un deuxième morceau « Che Date », que j’ adore, aux États-Unis. C’est une chanson pleine d’accidents. J’y crois beaucoup…

Infos pratiques :

Pasaporte (PATjE Sarl) sortie le 27 octobre aux États-Unis

www.patje.net
http://www.facebook.com/patjemusic
http://twitter.com/patjemusic

 


Lire tous les articles de la rubrique Communauté

BFM BUSINESS
 
PARTENAIRES

New York in French