• RSS Feed
France-Amérique

SAMEDI 19 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Actualité

Le tramway de Roosevelt Island reprend du service

Le tramway de Roosevelt Island reprend du service

Anaïs Digonnet

Les deux cabines peuvent accueillir 110 personnes à chaque allers-et-retours avec Manhattan.

  • Imprimer L’article
  • Commentaires

30 novembre 2010

Apres des mois de rénovation, Le tramway aérien qui relie Roosevelt Island à l’île de Manhattan s’est remis à fonctionner mardi 30 novembre. Un grand moment d’émotion pour les habitants de ce petit bout de terre planté au milieu de l’East River, mais aussi pour l’entreprise française Poma, chargée du chantier.

Agrandissez l’image
Le tramway de Roosevelt Island reprend du service

Responsable de la tour de contrôle, Bob Kelley supervise le trajet des deux cabines entre Manhattan et Roosevelt Island.

Agrandissez l’image
Le tramway de Roosevelt Island reprend du service

Pour l'occasion, Ovidiu Opresco, un artiste, avait réalisés des boucles d'oreilles et des pendentifs non-officiels des deux cabines.

Agrandissez l’image
Le tramway de Roosevelt Island reprend du service

Jean-Paul Huard, le vice-président de Poma a inauguré les cabines au champagne.

Neuf mois après le début des travaux, le tramway aérien de Roosevelt Island a redémarré ses allers-et-venues entre l’île et la Seconde Avenue de Manhattan. L’inauguration a lieu le 30 novembre dernier et a attiré de nombreux habitants du secteur qui attendaient avec impatience la remise en service du téléphérique.

C’est l’entreprise française Poma, située en Isère, qui est à l’origine de la rénovation de l'équipement. Les deux cabines rouges sont quant à elle signées Sigma, une autre société française partenaire sur ce contrat. « Le porteur installé en voie large, c'est-à-dire que les câbles sont écartés de plus de quatre mètres, permet aux cabines d'être plus stables, même en cas de vents violents. Elles sont également plus sécurisées et plus rapides », soulignait David Aubonnet, le directeur du projet pour Poma. Autre avantage du tramway aérien : il a une faible empreinte écologique comparée à d’autres moyens de transports terrestres.

Les cabines, qui peuvent accueillir près de 110 personnes chacune, roulent sur le câble à une vitesse maximum de 8m/s (presque 30km/h) et sont indépendantes l’une de l’autre. Pour Bob Kelley, le superviseur depuis la cabine de contrôle, le système est bien plus facile à manœuvrer et surtout permet une meilleure maintenance qu'avant les travaux. «  En cas de souci technique, l’écran indique le lieu exact du problème.» David Deyerle, lui est un des conducteurs de ce bus volant depuis 24 ans. A chaque trajet, il surplombe pendant trois minutes l’East River, sans jamais se lasser d’admirer la ligne d'horizon new-yorkaise. «  Avec ces nouvelles cabines plus modernes, le trajet est vraiment agréable, tout en douceur », explique-t-il en regardant le Queensboro Bridge parallèle aux câbles.

Si le tramway, moyen de transport alternatif,  n’a pas vocation à être une attraction touristique, Judith Berdy, la présidente de la Roosevelt Island Society espère bien que cette nouvelle installation attirera encore plus de visiteurs sur l’île. «  Les cabines sont très faciles d’accès, notamment pour les personnes en situation de handicap, les seniors ou les familles avec une poussette. Et puis c’est un moyen peu cher et rapide pour se déplacer. »
En effet, pour le prix d’un ticket de métro, les passagers pourront avoir une vue imprenable sur Manhattan tous les jours de 6 heures à 2 heures du matin. L’exploitation du tramway sera quant à elle assurée par la Roosevelt Island Operating Corporation (Rioc), une société d'intérêt public en charge de la gestion de l’île, qui a investi près de 10 millions de dollars en plus des 15 millions de l’Etat de New York.

Pour Poma, ce tramway aérien realisé grâce à de nombreuses innovations techniques, constitue désormais une vitrine du savoir-faire de la société. Mais son histoire avec les Etats-Unis ne s’arrête pas là.  « Chaque année, nous vendons aux Américains près de 15 cabines et câbles principalement pour la neige », souligne Jean Souchal, le PDG de l’entreprise qui travaille notamment avec des stations comme Haspin, dans le Colorado ou dans celles du Vermont.

Pour en savoir plus:

http://rioc.ny.gov/tramtransportation.htm

http://www.poma.net/

Pour aller plus loin:

Du 2 au 7 décembre prochains, une exposition photographique, réalisée par Carol Caver et Jonas Cuénin et visible à Lumen Gallery, reviendra sur les neuf mois de construction de ce téléphérique.

http://www.france-amerique.com/articles/2010/11/24/le_vertige_de_la_photo.html

http://www.france-amerique.com/articles/2010/04/18/le_nouveau_telepherique_newyorkais_made_in_france.html