• RSS Feed
France-Amérique

JEUDI 17 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Vie Franco-Américaine

Intel ISEF distingue six jeunes Français à Los Angeles

Intel ISEF distingue six jeunes Français à Los Angeles

Jean-Jacques Rives

Florian Livet, Titouan Coislier et Corentin Pasquier du Lycée Léonard-de-Vinci de Montaigu ont présenté leur projet baptisé "Herculina" du nom d'un astéroïde.

  • Imprimer L’article
  • Commentaires

28 juin 2011

Le 13 mai  dernier, six jeunes Français se sont distingués lors de la finale du Intel International Science and Engineering Fair (Intel ISEF) à Los Angeles. Arrivés à la 4e place en mathématiques et en physique, ils ont présenté, en anglais, des projets cohérents qui ont su séduire un jury scientifique très exigeant.

Agrandissez l’image
Intel ISEF distingue six jeunes Français à Los Angeles

Au Los Angeles Convention Center, Clément Martinez, Marine Auriol et Arnaud Vespa ont impressioné le jury avec leur logiciel.

Si le prix international Intel ISEF fut créé en 1958 à Los Angeles, 2011 a signé la première participation d’une délégation française. Le 13 mai dernier, six jeunes Français, divisés en deux équipes de trois, ont ainsi remporté la 4e place dans les catégories de mathématiques et de physiques.

« C’était une vraie aventure et un grand événement pour eux », explique Francis Loret, professeur de mathématiques au collège Albert-Camus de Miramas (Bouches-du-Rhône). À la tête d’un atelier scientifique depuis neuf ans, c’est lui qui a emmené Marine Auriol (l’arrière petite-fille de l’ancien président de la République), Clément Martinez et Arnaud Vespa, respectivement deux de ses élèves et un de ses anciens collégiens, au bord du Pacifique pour présenter leur projet.

Des graines de scientifiques venus de Miramas et Montaigu

« Depuis trois ans, le collège trustait les premiers prix nationaux des concours organisés par C. Génial ou Faites de la science », explique l’enseignant.  « Sciences à l'École (un dispositif d'initiative ministérielle qui a pour but de soutenir et inciter des projets de culture scientifique dans l'enseignement du second degree, ndlr) s’est alors tourné vers nous pour participer au concours d’Intel. »

Le dossier devait être le même que celui présenté au concours C. Génial en 2010, en poussant le challenge un peu plus loin. Leur sujet : comment battre virtuellement le maxi trimaran Banque Populaire V, engagé dans la course du Trophée Jules Verne (challenge nautique qui récompense le tour du monde à la voile le plus rapide réalisé en équipage, sans escale et sans assistance, ndlr) . « Il existe plusieurs simulateurs de ce type sur Internet. Des milliers de gens s’inscrivent et les gamins font partie des seules 79 personnes à avoir réussi sur Virtual Regatta », souligne Francis Loret.

Après avoir travaillé avec les chercheurs du CNRS de Marseille, fait des prises de données lors d’une navigation sur un vrai trimaran, le trio a ainsi créé un logiciel permettant à un navire de trouver les trajectoires les plus courtes et les plus rapides sur l’eau en fonction des vents.

Toujours au sein du Los Angeles Convention Center, mais dans une autre discipline, trois jeunes autres Français concouraient. Florian Livet, Titouan Coislier et Corentin Pasquier du Lycée Léonard-de-Vinci de Montaigu (Vendée), trois copains âgés de 17 ans et férus d’astronomie, sont venus défendre « Herculina », projet avec lequel ils avaient gagné leur ticket pour la finale parisienne des Olympiades de Physique, après leur sélection régionale à Rennes. « L’objectif, c’était la présélection à Paris » se souvient leur professeur, Jean-Jacques Rives. « Alors, c’était vraiment une surprise lorsque nous avons appris que nous devions représenter la France à Los Angeles. »

Leur travail visait ainsi à développer des méthodes pour déterminer la forme d’un astéroïde à partir de sa courbe de luminosité. Encadré par Jean-Jacques Rives et Gilles Guibert, responsables du club d’astronomie du lycée, ils ont réalisé plusieurs observations de nuit, avant de comparer leurs données en laboratoire et de faire appel à deux astrophysiciens.

L'espoir d'une nouvelle délégation française en 2012

Après avoir présenté leurs projets, les deux équipes ont eu l’immense surprise d’arriver à la quatrième place, chacune dans leur catégorie. Un exploit pour cette première participation française, d’autant que les collégiens et lycéens ont dû présenter leur travail en anglais, devant plusieurs jurys exigeants, dont les méthodes d’interrogatoire différaient du précédent à chacun de leur passage.

Malgré certains obstacles à l’engagement de leurs élèves au concours Intel ISEF, les professeurs accompagnateurs espèrent aujourd’hui que l’exemple de ces six jeunes continuera d’insuffler un certain enthousiasme pour les sciences à l’école. « On a vraiment envie que d’autres y participent », souligne Francis Loret, le professeur de mathématiques de Miramas.  « Soit des chemins existent, soit il faudra les construire. » Pour espérer que les couleurs de la France soit à nouveau hissées haut dans un concours international, et pourquoi pas endiguer cette fuite des cerveaux vers les États-Unis.

Pour en savoir plus :

Intel International Science and Engineering Fair est le plus grand concours scientifique pré-universitaire du monde. Chaque années, près de 1 500 élèves de 65 pays différents y participent.

À voir:


Présentation générale Intel ISEF Los Angeles... by math_pour_tous


Présentation en anglais Los Angeles concours... by math_pour_tous


Contenu Projet concours Intel ISEF Los Angeles... by math_pour_tous