• RSS Feed
France-Amérique

JEUDI 24 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Actualité

L'UMP choisira son candidat à la députation pour l'Amérique du Nord mi-novembre

L'UMP choisira son candidat à la députation pour l'Amérique du Nord mi-novembre

wikipedia

  • Imprimer L’article
  • Commentaires

14 octobre 2011

Alors que les électeurs de neuf conscriptions sur onze à l’étranger connaissent le candidat UMP qui va se présenter aux premières élections des députés de l’étranger en juin prochain, les Français expatriés aux Etats-Unis et au Canada attendent toujours un nom, depuis le départ de Christine Lagarde au FMI.

C’était au début du printemps. L’UMP avait annoncé les noms des onze candidats qui représenteraient les couleurs de la droite aux premières élections des députés de l’étranger, en juin 2012. Trois ministres faisaient partie des investis, dont l’ancienne locataire de Bercy, Christine Lagarde, qui avait été choisie pour l’Amérique du Nord, la plus grosse de ces onze nouvelles circoncriptions hors de France, avec 186462 ressortissants français inscrits au registre ( dont environ 115000 aux États-Unis, 2ème pays d’accueil des Français résidant à l’étranger et plus de 71000 au Canada, 7ème pays, ndrl).

Mais entre-temps, après le scandale mettant en cause Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel à New York, l’ancienne ministre de l’Economie a été appelée aux Etats-Unis un peu avant l’heure, à la tête du Fonds Monétaire International. “ Elle a démissionné du gouvernement français et a decliné l’investiture donnée pour les législatives ”, rappelle Jean Simonetti, le nouveau secrétaire national de l’UMP chargé des Français de l’étranger, depuis le 1er septembre dernier. Problème, depuis sa prise de fonctions, le 5 juillet dernier, le parti de la majorité présidentielle n’a nommé personne pour la remplacer.

Des rumeurs et peu de certitudes

Une inconnue qui a laissé place durant tout l'été aux rumeurs les plus folles, évoquant d’abord des personnalités politiques comme Dominique de Villepin, Jean-Louis Borloo ou même Cécilia Attias (ex-Sarkozy) pour séduire les électeurs américains et canadiens, avant de parler de “ proches de l’entourage du président Nicolas Sarkozy ”, selon une source anonyme. Officiellement, quatre candidatures auraient été adressées au secrétaire général de l’UMP, qui garde pour le moment secrète leur identité. Dans cette course à l’investiture, seul Gérard Michon, élu UMP à l’Assemblée des Français de l'étranger (AFE) pour la circonscription de San Francisco s’est médiatiquement déclaré candidat. “ Tous les élus locaux, sauf un, veulent y aller ”, a-t-il cependant précisé.

Parmi ces conseillers, François Lubrina, qui est aussi délégué de l’UMP pour le Québec et les Provinces Atlantiques au Canada, a déjà commencé à battre le pavé. “Je ne dis pas que je suis candidat”, nuance-t-il. “Il faut se mettre en ordre de bataille et mobiliser tout le monde. Je suis dans l’expectative d’une désignation qui puisse mener à une victoire. De toutes les façons, il faudra des suppléants.”

Même discours du côté de Damien Regnard, conseiller élu de la majorité présidentielle à l’AFE, pour la circonscription de Houston. Pas déclaré en course pour l’investiture, mais prêt à s’impliquer fortement. “C’est un très beau challenge qui demande un travail et un investissement important pendant cinq ans. Je souhaite m’engager derrière le président de la République pour la campagne présidentielle.”

Cette mission sans visage fait grandir l'inquiétude parmi les représentants locaux. “ Du retard a été pris sur cette échéance ”, declare Antoine Treuille, le président de la French-American Foundation à New York, dont le nom circule aussi dans les couloirs de l’UMP. Sans confirmer ou infirmer sa prétention à vouloir être le candidat de la droite pour le scrutin législtatif, il affirme: “ La bataille nord-américaine doit commencer. J’inciterais l’UMP  à prendre une décision le plus rapidement possible, pour pouvoir enfin entrer dans le dialogue.”

Retard face au PS ?

Car à gauche, le parti socialiste a déjà nommé sa candidate. Corinne Narassiguin, élue AFE ( Français du Monde-ADFE ) pour la côte est, parcourt déjà depuis juin le Canada et les Etats-Unis pour informer les inscrits des listes consulaires l’importance de se faire recenser pour la tenue des des élections présidentielles et legislatives. Et l’organisation des primaires citoyennes, dont le second tour s’est tenu hier, lui a laissé une tribune de choix, sans adversaire en face.

“ C’est un double échec pour Corinne Narassiguin, avec 0,6% de participation et un appel à voter Hollande alors que les Français d’Amérique du Nord ont préféré Aubry au second tour ”, tenait à signaler Damien Regnard, quelques jours après le premier tour. “ Et puis, en France, personne n’a commencé. On ne va pas matraquer les Français avec les législatives alors qu’il y a les présidentielles avant.“

Une petite longueur d’avance de quatre mois pour parti de la rose qui donnerait “ une mauvaise image de l’UMP ” selon d’autres titulaires français de mandats électifs nord-américains. Ressentant une véritable interrogation face à une décision qui se fait attendre, les appels du pieds des représentants umpistes se multiplient envers le siège, notamment depuis la fin des sénatoriales qui ont eu lieu fin septembre.

“ J’ai l’impression qu’on ne se rend pas compte que l’on n'est pas dans le 15e arrondissement à Paris. L’Amérique du Nord est une circonscription qui va de l’Alaska à la Floride et de la Californie à Terre Neuve. Pourtant, nous n’avons toujours pas de candidat. C’est assez pénalisant car la dynamique ne peut pas s’instaurer. Et il faut bien se le dire, les élections ne sont pas gagné d’avance à droite ”, s’avance François Lubrina qui prévient que le découpage de la circonscription n’en fait pas forcément un eldorado électoral pour l’UMP. “ Le Canada, et notamment le Québec plutôt à gauche, seront les “verrous” de l’élection. Les Etats-Unis qui votent à droite ne garantissent pas forcément un bon résultat pour l'ensemble. ”

La crainte d’un parachutage venu de l’Hexagone

Une attente qui  laisse aussi planer l’ombre d’un parachutage d’un élu venu de France. Ou d’une élue, car la parité à l’Assemblée nationale devrait être un axe fort de cette échéance électorale. En ligne de mire, la deputée de la troisième circonscription de l’Essonne, Geneviève Colot, qui briguerait une campagne outre-Atlantique. “ Ce n’est pas un poste où il s’agirait de faire quelques apparitions ou de chercher un coin où passer sa retraite”, avertit Gérard Michon qui voit cette potentialité d’un mauvais oeil.

François Lubrina n’est lui non plus pas convaincu. Le responsable de la section UMP du Québec souligne l’importance d’avoir une expérience de terrain.  “ Pour ne pas perdre de temps et être contre-productif, il est important que la personne designée soit quelqu’un qui ait une expérience nord-américaine. Il faut une maturation et elle passe par une connaissance des réseaux locaux. Si je consulte mes collègues à l’AFE, un parachutage serait mal perçu. ”

Seule éventualité pour Damien Regnard, plus ouvert à l’idée, celle de sélectionner une personne avec le même profil que Christine Lagarde. “Elle était vraiment parfaite et calibrée, avec une bonne connaissance de la double culture. Mais un autre parachutage me semblerait disproportionné.”

Si Geneviève Colot aurait publiquement déclaré ses intentions, Jean Simonetti, qui est aussi membre du bureau politique national de l’UMP affirme ne pas avoir été saisi et l’incite à écrire “ une lettre officielle en motivant sa candidature.” Et d’ajouter: “A part une candidature exceptionnelle, nous cherchons à privilégier les locaux. Il y en a suffisamment suceptibles de répondre à l’ensemble des critères de la commission d’investiture.”

Courtial et Wildenstein ne pèseront pas dans la campagne

Le secrétaire national chargé des Français de l’étranger au sein de l’UMP assure que le parti n’a pas peur de prendre du retard dans le coeur des électeurs, usant de la métaphore du lièvre et de la tortue. “ Chacun marche à son rythme. Nous avons un calendrier bien défini."

Et la récente polémique sur Edouard Courtial, le tout nouveau secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger ne sera pas pour lui un frein. “ Il s’est expliqué en assemblée plénière devant les élus de l’AFE et a reconnu une maladresse car il n’avait pas approfondi cette proposition de loi sur la déchéance de la nationalité des binationaux lorqu’il l’a co-signée. Mais c’est un faux-procès qui ne pèsera pas dans la campagne.”

Même son de cloche sur les " non-conséquences " de l’information judiciaire ouverte le 5 octobre dernier, par le parquet de Paris ,contre le marchand d'art Guy Wildenstein (conseiller AFE élu sous l’étiquette Union des démocrates indépendents et libéraux pour la circonscription de Washington D.C, ndlr) à la suite d'une plainte déposée le 22 juillet dernier par le ministère du Budget pour fraude fiscale.

La comission d’investiturede l'UMP devrait en tout cas se réunir en novembre prochain et elle “ traitera de façon prioritaire les circonscriptions des Français de l’étranger et d’outre-mer qui sont les plus éloignées. ”

Le 4e circonscription du Benelux se trouve elle aussi sans candidat, depuis que Pascale Andréani, la diplomate spécialiste des questions européeennes et désignée pour ces législatives, a été nommée au poste d’ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en août dernier.