• RSS Feed
France-Amérique

VENDREDI 18 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Culture

Philippe Petit bientôt sur le fil à Grand Central ?

Philippe Petit bientôt sur le fil à Grand Central ?

Flickr/Alex E. Proimos

Grand Central Terminal à New York

  • Imprimer L’article
  • Commentaires

02 avril 2012

Le funambule français pourrait “survoler” la célèbre gare de New York, qui fêtera son 100e anniversaire en février prochain.

Philippe Petit connaît bien le marbre de la gare new yorkaise. En 1987, il le contemplait déjà depuis le fil tendu à 25 mètres de hauteur entre les fenêtres nord et sud du bâtiment. Une énième cascade, sans filets de sécurité mais avec la permission de la Ville, pour célèbrer le 75e anniversaire du Grand Central Terminal. A l’époque, l’athlète avait dû patienter 12 minutes entre deux trains, pour éviter les vibrations et la chute, sous les regards médusés de milliers de voyageurs silencieux.

“Si quelqu’un sait où il se trouve et s’il pratique toujours, nous aimerions qu’il revienne”, déclarait en mars, Peter Stangl, ancien chef des transports en commun de l'Etat et membre du comité d’organisation. “J’aimerais personnellement le voir à l’œuvre de nouveau”. Retrouvé par le New York Post dans sa maison, située au fin fond de l’Etat, Philippe Petit s’adonne toujours au funambulisme, trois heures par jour.

Aujourd’hui, le casse-cou de 62 ans se dit prêt à rééditer l’exploit. "C'est un rêve pour moi de mettre une nouvelle fois ma corde raide à cet endroit", a-t-il déclaré au tabloïd américain. L'équilibriste français attend toujours un coup de fil des organisateurs des festivités du Grand Central Terminal. La plus ancienne gare de New York, qui fut plusieurs fois démolie puis reconstruite, fêtera son centenaire en grande pompe, le 1er février 2013.

Philippe Petit s’est rendu célèbre en rejoignant sur un fil des monuments connus comme Notre-Dame de Paris (1971) ou le Harbour Bridge de Sydney en Australie (1973). En 1989, il rallie même le Trocadéro au deuxième étage de la tour Eiffel, suspendu au dessus du vide. Mais c’est sa traversée illégale entre les deux tours du World Trade Center, à New York en 1974, qui marquera les esprits. Une prouesse relatée par le film documentaire Man on Wire, oscarisé en 2008.