• RSS Feed
France-Amérique

JEUDI 24 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Vie Franco-Américaine

Lycées Français, une facture salée pour la rentrée

Lycées Français, une facture salée pour la rentrée
  • Imprimer L’article
  • Commentaires (21)

30 août 2012

La suppression en plein mois de juillet de la prise en charge des frais de scolarité dans les Lycées Français a provoqué la colère de nombreux parents d’élèves aux Etats-Unis. La rentrée s’annonce difficile et tendue pour les familles, les établissements scolaires et le gouvernement.

"Honteux, malhonnête, inadmissible, irrespectueux". Les adjectifs ne manquent pas lorsque les parents d’élèves évoquent l’arrêt brutal de la prise en charge (PEC) des frais de scolarité pour les étudiants de seconde, première et terminale des Lycées Français des États-Unis. Ce n’est pas tant la suppression de la mesure, mise en place par Nicolas Sarkozy en 2007, qui pose problème. François Hollande et Corinne Narassiguin, députée des Français d’Amérique du Nord, avaient annoncé depuis longtemps leur volonté de mettre fin à la PEC afin de faire des économies et de développer le système de bourses. Mais l’annonce, en plein mois de juillet et à quelques semaines de la rentrée de la suppression de cette aide aux expatriés, a suscité l’incompréhension des parents d’élèves.

"J’avais envoyé en avril un courriel à Corinne Narassiguin à ce sujet pour savoir si je devais inscrire mon enfant dans une école américaine. Une personne de son équipe m’avait alors assuré que la réforme ne serait pas appliquée pour la rentrée 2012. J’avais transmis cette information à d’autres familles qui hésitaient aussi", se souvient Dominique Rinaldi, mère d’un enfant actuellement en terminale au Lycée La Pérouse de San Francisco. Autre problème, la réévaluation du barème des bourses qui devait aller de pair avec la fin de la gratuité ne sera effective qu’à la rentrée 2013. À moins que Corinne Narassiguin n’arrive à convaincre le gouvernement de la nécessité d’une légère revalorisation des bourses dès cette rentrée. La députée avait, dans un premier temps, défendu la fin de la PEC pour 2013 et non 2012 afin de laisser le temps aux parents d’élèves de prendre les dispositions nécessaires. Mais elle a été prise de court par une Assemblée nationale bien décidée à mettre fin à ce qui était vu comme un cadeau à une population déjà aisée.

Des répercussions encore méconnues

Damien Regnard, élu UMP à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), a lancé le 13 juillet une pétition sommant la majorité de repousser la suppression de la PEC à 2013. "On demande juste au gouvernement un peu de respect envers les Français de l’étranger. De nombreux Français vont devoir puiser dans leur pension de retraite. Avec le système actuel, les bourses ne garantissent pas une meilleure justice sociale, comme le prétend le PS. Certains parents vont se retrouver dans de grandes difficultés financières dès la rentrée scolaire, tout ça parce que les sénateurs et les députés de l’étranger n’ont pas su se faire entendre et informer le gouvernement sur la situation réelle de la majorité des expatriés français".

Dans un courrier envoyé le 19 juillet dernier par l’ambassade de France aux Etats-Unis aux élus AFE, on peut notamment lire "qu’il a été demandé aux postes consulaires d’identifier dans les meilleurs délais [les familles] pour lesquelles la suppression de la PEC serait à l’origine de difficultés financières". Des mesures exceptionnelles seront alors mises en place pour ces parents, assure Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger : "Les consulats ont reçu instruction de contacter toutes les familles pour lesquelles la PEC peut être remplacée par une bourse sur critères sociaux. Mais il n’est pas envisageable de modifier les critères d’attribution alors que les décisions de la commission nationale des bourses viennent à peine d’être prises". Des mesures qui seront financées grâce au budget résiduel de la PEC, une grande partie de l’argent ayant déjà été utilisée de janvier à juin 2012.

Des parents dans l’impasse

Changer son enfant d’établissement à un an de la fin du lycée, Domnique Rinaldi y a songé. "Dès mi-juillet, lorsque j’ai appris la nouvelle, je me suis renseignée auprès des lycées français publics et privés de Rueil-Malmaison, en banlieue parisienne, où j’ai de la famille. Aucun n’avait de place. Comme mon enfant veut aller à l’université en France, je ne me voyais pas le mettre dans une école américaine". Comme Dominique Rinaldi, de nombreux parents se retrouvent sans autre choix que de laisser leurs enfants au Lycée Français. D’abord parce que le contrat pour l’année scolaire 2012-2013 a été signé au printemps entre les familles et les établissements, et qu’il est irrévocable.

A San Francisco, une quarantaine de parents d’élèves se sont ainsi alliés afin de demander au Lycée La Pérouse de laisser partir les parents qui n’auraient pas les moyens de payer les 23 300 dollars requis. Plusieurs familles ont en effet décidé d’envoyer leur enfant en pensionnat en France. D’autres ont préféré retirer leurs enfants des Lycées Français pour les mettre dans une école publique qui a bien voulu les accepter à quelques jours de la rentrée. Le proviseur du Lycée Français de New York assurait qu’à mi-août, deux familles avaient décidé de désinscrire leur enfant. L’établissement ne s’y est pas opposé. Afin de ne pas perdre plus d’élèves, "le Lycée Français a mis en place un étalement sur six mois du paiement des frais de scolarité pour les familles mises dans l’urgence suite à la suppression de la PEC" affirme Sean Lynch, proviseur du Lycée Français de New York.

Lutter contre les effets pervers de la PEC

À Houston, la famille Dekiouk, comme beaucoup d’autres, a fait une demande de bourse pour leur enfant qui entre en seconde au Lycée Français Awny. "Peut-être que si l’on avait su à l’avance que ça ne serait pas gratuit, on ne l’aurait pas inscrit ici. On a un temps envisagé de payer en trois fois, mais on doit alors payer des intérêts à hauteur de 7%". Là où il y a cinq ans certaines familles pouvaient espérer une aide de l’entreprise, cette option a quasiment disparu. Un désengagement souvent cité parmi les effets pervers de la PEC. "On oublie de dire que grâce à la PEC, de nombreuses sociétés pouvaient envoyer leurs cadres français aux Etats-Unis sans se soucier des frais de scolarité. Cette mesure était aussi un coup de pouce aux entreprises", nuance l’élu UMP Damien Regnard.

Pour faire face à ce problème, le gouvernement a lancé un appel aux entreprises qui payaient encore la scolarité des enfants de leurs employés en 2007 à reconsidérer cette possibilité. Les grandes banques sont notamment visées. Autre effet pervers selon le Parti socialiste: l’augmentation des frais de scolarité dans certains établissements depuis l’introduction de la PEC. Clara-Lisa Kabbaz, proviseure du Lycée Français de Los Angeles confirme l’abus de certains établissements. "Nous avons augmenté nos prix de 4% par an, comme cela se fait partout aux Etats-Unis. Mais beaucoup d’écoles ont augmenté leurs tarifs de manière dramatique pour se servir de la PEC". C’est aussi ce que pense Rosaura Valle, dont la fille a été admise en terminale au Lycée La Pérouse à la rentrée. "Les prix ont augmenté d’au moins 25% depuis le lancement de la PEC !" Selon Damien Regnard, élu UMP d’Amérique du Nord, la hausse des prix peut aussi s’expliquer par les grands projets d’investissements immobiliers qu’ont lancé de nombreux Lycées Français, sûrs d’avoir un nombre conséquent d’élèves grâce à la PEC, et donc des revenus importants.

Avec un coût qui était passé de 17 à 31 millions en quatre ans, la PEC, qui concernait seulement 7 800 élèves, avait de nombreux adversaires et sa suppression était de plus en plus acceptée. "Ce n’est pas une mauvaise chose de vouloir mettre fin à cette réforme" confirme Clara-Lisa Kabbaz, la présidente américaine du Lycée Français de Los Angeles. "La PEC était un énorme cadeau. Le gouvernement français s’est montré très généreux. Aucun autre pays ne fait ça. C’était un rêve formidable que la France ne pouvait pas soutenir en ces temps de crise. Que l’argent soit désormais destiné aux familles les plus nécessiteuses, c’est normal. Mais il y avait sans doute une manière de le faire. On ne parle pas ici de business mais bien d’école".

commentaires

Sous location enfin trouvee apres 3 semaines,a la banque pour tirer argent caution,plus d'argent ! 2 mois de salaire disparus ex employeur a fait opposition aux cheques. Plus de quoi payer l'hôtel ,plus de quoi louer appart: obliges d'aller dans un hotel de passe puant a 50 $ avec petite fille de 3ans qu'on doit faire rentrer la nuit par porte derrière (enfants interdits ) Excellence de l'education française cravates bleus soquettes blanches .

JPH Chabassier
03 septembre 2012


En l'espace de 3 ans,avec 2 enfants de 1 a 5 ans,3 Lycees Francais des USA volent chaque fois 2 mois de salaire a une enseignante de l'EN qui leur apporte le droit d'exercer Education Francaise.
3 fois on prend l'avion et ils font opposition aux cheques .A NY a l'hôtel avec 1 enfant qui dort au sol (125 $/nuit ) impossible de louer appart car Proviseur refuse de signer contrat de travail et paye au noir les bilelts sur le bureau dans la classe !

JPH Chabassier
03 septembre 2012


Video table ronde " L'education-a la Francaise " site l'AEFE . Le pauvre Edgar Morin regarde par terre quand 1 intervenant dit ; "La science c'est le savoir ! " Mais ecoutez le dire ce qui est pour lui l'esprit de l'education francaise meme si il a du mal a prononcer " a la Francaise " sans gene. La litterature n'est pas un luxe....a méditer. Les paroles simples et belles d'un grand monsieur." La Methode "....ici Table ronde : l’enseignement “à la française” dans la mondialisation |

JPH Chabassier
03 septembre 2012


je n'enseigne pas. Je ne pourrais pas survivre dans ces lieux en tant que professionnel . Je suis le conjoint d'une enseignante que certains connaissent pour son serieux.Et son courage.Et je suis pere de 2 filles ayant fait leur scolarite dans les Lycees Francais aux USA et etant nees dans ce pays a cause de la mission diplomatique de leur mere.En tant que conjoint ex pédagogue et vivant aussi la difficulté economique je ne peux qu'etre concerne.Desole si vous ne comprenez pas.

JPH Chabassier
03 septembre 2012


@Louis "Ils vivent en Amérique Du Nord que leurs enfant aillent dans des HS Américaines"
C'est un ordre?

Henri Lezec
03 septembre 2012


àJPChabassier-Quelle rancoeur ou amertume dans vos propos! Ça n'inspire que pitié! Arrêtez de larmoyer sur votre sort! Vous êtes enseignant, malheureux de votre condition? Ça doit déteindre sur votre enseignement,sur les élèves!Je fais partie des Français d’Amér du N. qui ne se reconnaissent pas dans vos écrits aigres, amers, voire haineux. Dénoncez vos situations d’abus ou la simonie. Ne travaillez pas pour ceux qui en sont responsables. Tenez-vous ou faites autre chose!

car_co
02 septembre 2012


On emprunte a Anselme ( ( ! ) la formule du cogito que Lacan denoncera comme "jésuitique formule " de l'hysterie ( " je ne sais pas " ) ,mais c'est bien (comme Lacan le dit ) pour interdire de penser . " N'y pensez meme pas ! " Si vous pensez on vous exclue. On pense pour vous.
Mais faire education francaise c'est s'aventurer a des gens qui pensent .Tout n'est pas dans la formule.Descartes lui-même la fuyait.Affaires des Affiches "pas un alumni !"

JPH Chabassier
01 septembre 2012


Comment un Lycee Francais de 1000 eleves francophones et Francais peut il fonctionner avec 1 "Dean " d'education qui ne parle pas Francais ( Dean =vient des Benedictins de Cluny) ne connait pas la culture francaise ,et deteste les Francais ? Harrasse notre fille pour abuser de sa mère dans l'institution et la prend en entretien.(genant amalgame ) Le type a un niveau en psychologie pres de la "simonie "et ne ferait pas 15 jours dans 1 institution en France.Medaille avec le consul !

JPH Chabassier
01 septembre 2012


Avec 20 ans d'expérience,on peut dire aussi que ce systeme est très mauvaise education pour les enfants des enseignants. je peux compter au moins 5 ou 6 enfants de profs exclus par harrassement de l'administration ou qui n'ont pas le BAC ( 100 % de reussite avec 13 eleves par classe ). Simplement parce qu'ils se sentent non acceptes dans un milieu ultra riches ou leurs parents sont abuses plus que la moyenne d'un lieu social normal.Processus incesteux qui coupe la notion de parente .

JPH Chabassier
01 septembre 2012


Quand on est un professionnel de l'education et de l'Institution,on ne peut qu'etre effare a ce qui se passe dans les Lycees Francais des USA .Lorsque je raconte a mes ex collegues et amis,directeurs d'institutions,psychiatres,...ils ne veulent pas y croire.Il n'y a aucun controle pédagogique .! seul inspecteur pour les USA et Canada. On met des gens qui ne sont pas des professionnels aux postes cles pour garder le pouvoir. Aucun moyen de s'exprimer a part ces 3 lignes.

JPH Chabassier
01 septembre 2012


" Le premier outil pedagogique d'une institution d'education c'est l'histoire de l'Institution . "
(....)

JPH Chabassier
01 septembre 2012


Dans certains établissements la seule clause de l'homologation qui est respectée c'est d'encaisser l'argent , apporte par les enseignants français. Pas de représentation du travail,pas de representation de parents d'eleves,pas de communication institutionnelle.Pas de communication avec les autorités de tutelle: MEN,MAE .Autres criteres d'homologation non respectes.Ce n'est pas " une ecole" au sens de l'education francaise.

JPH Chabassier
01 septembre 2012


Certains etablissements sont augmente leur cout annuel mais peut etre paient ils leurs enseignants a peu pres le salaire demande par l'homologation ? D'autres payent près de 50 % de moins leurs enseignants sans aide reconnue pour la scolarite de leurs enfants. Une enseignante de + 50 ans a travaille +20 ans a demi salaire,fait naitre et eleve des enfants sans assurance médicale,aujourd'hui sans retraite,pas d'argent,pas de maison,a signer un contrat annuel comme si elle etait une saisonnière.

JPH Chabassier
01 septembre 2012


1740's .Mr Marye ,instituteur francais huguenot enseigne a un George W les 100 regles de civilite des jesuites qu'il a traduites en anglais.Seule maigre education du general a la charrue .(Mr Marye enseignera peut etre a 5 autres presidents des USA) .Rules of civility " qui deviendront le Blue Book de l'armee d'Independance et la philosophie du fondateur.1 siecle plus tard devant la maison de Marye aura lieu le + grand carnage de la Guerre Civile.

JPH
31 août 2012


je mets au defi CN ,députée soit disant socaliste ,de faire un article decrivant l'histoire de l'EF a l'E ,la loi,le vote du budget,le principe d'Homologation des établissements, le fonctionnement de l'AEFE,les lois locales (aux USA par exemple ) qui permettent aux profs d'obtenir des visas de travail et les conditions et raisons d'attribution de ces visas,etc,,,etc...et le controle de l'Etat francais prevu par le législateur,qui n'est pas respecte.

jJPH
31 août 2012


La "clientele " de l'EF a l'E aux USA ne comprend pas bien la difference entre un processus démocratique discute a l'AN et un décret .La Politique par decrets c'est Pinochet ou Franco.
L'histoire de l'EF a l'E depuis les jésuites c'est le communisme chinois et en Am du sud : un cadeau !.L'E F a l'Etr c'est un cadeau ! de l'Etat Francais ,unique en son genre .C'est la culture qui est un cadeau !Qu'on sache s'en saisir,ou y donner sens est une autre histoire.De tous bords.

JPh Chabassier
31 août 2012


C.Narassiguin aujourd'hui députée siegeant a l'AN m'a appele et la conversation tel d'1 H a montre qu'elle ne connaissait rien a l'histoire ni a l'organisation legale de l'EF a l'E ,ni a la Loi d'orientation, ni au fonctionnement de l'AEFE,ni au vote du budget .Elle a joue sur l'ignorance et a fait planer l'idee d'un lobby protegeant une idee clientéliste.Et avec pouvoirs .Fausse idee....Qui n'aide aujourd'hui personne ,sauf a alourdir les confusions.

jPh Chabassier
31 août 2012


La suppression de ce financement est juste. Pourquoi ce financement ne s appliquait il qu au lycée et pas a l école primaire? ... Parce que Sarkhozy et ces amis footballeurs scolarisaient leurs enfants au LF New York? À ceux qui ne veulent pas payer l école , j imagine que vous payez vos impôts en France et qu ainsi vous faites bénéficier votre pays des richesses de votre situation...quel altruisme !!!

John
31 août 2012


L'option le CNED !
J'ai bien inscrite mon enfant au CNED pour la grande section ! Les frais de scolarite de L'ecole primaire du Lycee francais n'ont jamais ete gratuits et nous ne pouvons pas financer cet etablissement prive !!! pourquoi les frais de scolarite de la 2nd a la Terminal sont devenus gratuits sous Sarkosy ???... ah la droite !!!...La France va pouvoir utiliser tout cet argent pour les francais vivant en France ... c'est bien.

D.
30 août 2012


Ils vivent en Amérique Du Nord que leurs enfant aillent dans des HS Américaines. De plus avez vous voter pour la droite ceux qui pleurent en ce moment ?

Louis From Louis
30 août 2012


Que font/qu'ont fait concrètement les directions des établissements concernés depuis 1 an? et les entreprises qui embauchent des expatriés? Le risque d’abolition de la PEC ne date pas de mai 2012 quand même! -D'accord avec mme Kabbaz la PEC …c’était bien "un ÉNORME CADEAU", une fausse gratuité assumée par l'ensemble des contribuables dont la grande majorité réside en France et ne peut fréquenter de tels «établissements de prestige» si prisés en Amér. du Nord.

car_co
30 août 2012