• RSS Feed
France-Amérique

MERCREDI 16 AVRIL 2014

ABONNEZ-VOUS
Actualité

La mention 'château' sur des vins américains exportés présente un risque de "tromperie"

  • Imprimer L’article
  • Commentaires

24 septembre 2012

Le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) a mis en garde lundi contre le risque de "tromperie pour le consommateur" que constituerait selon lui l'autorisation par la Commission européenne d'exporter des Etats-Unis des vins portant la mention "château" ou "clos".

Mardi, le Comité de gestion de l'Organisation commune des marchés agricoles (OCM), chargé d'élaborer les politiques de l'UE en matière agricole, "peut mettre la question à l'ordre du jour et la voter", a prévenu lors d'une conférence de presse le président du CIVB, Georges Haussalter, arguant que cette autorisation serait une "tromperie pour le consommateur européen" car "un 'château' est synonyme de vin provenant d'une exploitation viticole". "Cela légitimerait un véritable détournement de notoriété" et "une distorsion de concurrence puisque la définition américaine du terme 'château' est extrêmement laxiste", a ajouté M. Haussalter qui demande au ministère de l'Agriculture de "monter au créneau".

Selon Laurent Gapenne, président de la Fédération des grands vins de Bordeaux, "la définition américaine comprend des raisins issus de tout le territoire et jusqu'à 25% provenant de l'étranger", alors que pour la législation européenne actuelle "c'est l'ensemble des raisins qui doivent être issus de la propriété". M. Haussalter en appelle à "une prise de conscience du grand public sur l'importance de cette décision" et dit ne pas vouloir "servir de monnaie d'échange dans des accords de commerce extérieur". "Ce serait un mauvais arbitrage de troquer cette réglementation contre autre chose", a-t-il ajouté sans préciser quelle serait cette contre-partie, mais garantissant "la mobilisation de tous les producteurs européens de vin contre cette mesure".

Si l'autorisation est accordée dès mardi aux autorités américaines "nous mèneront tous les recours juridiques possibles", a prévenu M. Gapenne.