FACEBOOK TWITTER  Newsletter FA Connexion Mot de passe oublié ? S'abonner au magazine

Flux

Flux rss
Communauté

Chômage français : une solution en Amérique

Par Guy Sorman
2013-07-09 16:00:00

Chômage français : une solution en Amérique
A Washington, premiers pas d'une longue marche vers le libre échange.

Partagez l'article

FACEBOOK   TWITTER
Agrandissez l’image
Chômage français : une solution en Amérique

L’échange entre les nations enrichit tous les partenaires, tandis que l’autarcie appauvrit. Cette efficacité du libre-échange a été démontrée en théorie, depuis le dix-huitième siècle et l’histoire économique depuis lors, n’a cessé de le confirmer. Cette efficacité du libre-échange est un rare point d’accord entre économistes de tout bord, keynésiens et libéraux ; mais elle est contestée par de nombreux non économistes qui défendent les intérêts de certaines industries protégées ou sont par idéologie, hostiles à la mondialisation. Il est donc important de rappeler ces faits établis à l’instant où s’ouvre à Washington une négociation pour un accord de libre-échange transatlantique entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Rappelons pour mémoire que le gouvernement américain est engagé dans une négociation parallèle avec les nations du pourtour de l’Océan Pacifique, pour un pacte Transpacifique qui, pour l’instant, inclut le Japon et exclut la Chine.

Si la négociation transatlantique aboutissait, ce que l’on devrait savoir d’ici une année, l’ensemble euro-américain constituerait le plus vaste marché au monde, relativement unifié. Le supplément de croissance annuelle qui en est espéré serait de l’ordre de 1 % par an, dit-on, mais toute prévision quantifiée est aléatoire. De même est-il présomptueux d’annoncer par avance qui bénéficiera de ce libre-échange et qui en pâtira. On ne peut qu’en espérer, avec de solides raisons, un supplément de croissance globale en raison de spécialisations accrues, d’une meilleure division du travail, de l’agrandissement du marché : les bénéficiaires du libre-échange seront ceux qui en comprennent les mécanismes et les anticiperont.

Une chance pour les PME

Pourquoi négocier un nouveau traité de  libre-échange alors que les droits de douane ont pratiquement disparu : leur niveau moyen des deux côtés de l’Atlantique est de l’ordre de 4 %. Les obstacles aux échanges qui subsistent - les normes - apportent prétendument aux consommateurs, un supplément de sécurité, d’hygiène, voire de culture nationale, raison pour laquelle le gouvernement français a exclu la production de films de la négociation. En vérité, les normes sauvegardent des rentes, des monopoles ou des habitudes ; elles favorisent des privilégiés bien abrités tout en nuisant au plus grand nombre. Cette querelle des normes qui nuisent à l’échange et aux gains de productivité comme au libre choix du consommateur, concerne essentiellement les secteurs de l’automobile, de la santé et de l’alimentation.

Sur un marché ouvert, quels seraient les avantages compétitifs des entrepreneurs européens ? Considérables certainement parce que l’Europe, la France en particulier, incarne un art de vivre qui fait rêver les Américains. Les marques « Made in Europe » bénéficieraient, au terme d’un accord de libre-échange, d’un capital de sympathie spontané. Anticiper sur l’accord exigerait donc de la part des Européens un effort accru de spécialisation, de quête de la qualité et de promotion des marques : les marques et la qualité constituent la seule chance pour l’Europe de se positionner entre les Etats-Unis qui ont l’avantage de l’innovation et la Chine qui a l’avantage du prix.

La menace des lobbies

La négociation aboutira-t-elle ? Ce n’est pas certain car les lobbies brandiront des arguments nationalistes auxquels les peuples sont sensibles : ces intérêts particuliers sauront se faire entendre. A l’inverse, les bénéficiaires du libre-échange ne sachant pas à l’avance s’ils le seront, restent dispersés et n’ont aucune capacité d’organisation. Dans cette négociation asymétrique, il reviendra aux gouvernements, aux médias et aux économistes de soutenir la position libre-échangiste par la pédagogie. Ce combat pour une économie efficace est de même nature que le soutien aux politiques dites d’austérité alors qu’on devrait les appeler politiques de bon sens. La convergence de ces politiques de bon sens et de cette nouvelle zone de libre-échange, serait le seul « plan de relance » qui permettrait aux Européens de renouer avec la croissance et l’emploi : la seule relance aussi qui ne coûterait rien aux contribuables.

Tout jeune européen au chômage, s’il était informé de ses intérêts réels, devrait manifester pour le libre-échange. Malheureusement, le manque d’éducation économique de base en Europe, le nationalisme de certains partis, la démagogie de publicistes ignorants, la propagande des industries subventionnées et protégées, vont rendre laborieux le chemin de la négociation. Les technocrates qui négocient, ne pourront aboutir qu’avec le soutien de l’opinion publique. Mais celle-ci pour l’instant, est maintenue dans l’ignorance comme si le Traité était technique : en vérité, la survie du modèle européen en dépend. Voici des circonstances où l’on souhaiterait que des  hommes d’Etat éclairés et persuasifs se révèlent.



commentaires

Si certains lobbies feront tout pour proteger leur secteur, d'autres, extremement puissants, feront tout pour promouvoir la globalization, c.a.d. dans le cas EU-USA, en reduisant ou supprimant les norms de qualite. Le danger est tres grand, pour l'Europe d'une invasion de produits agricoles, alimentaires et pharmaceutiques qui ne sont pas aussi controles aux USA qu'en Europe et sont en grande partie responsables de l'effondrement du niveau de santé de la population US.

Bruno Vaes
2013-07-11 17:49:53


Les médicaments sont exactement les mêmes aux Etats-Unis et en Europe, produits par les mêmes laboratoires; la santé aux Etats-Unis souffre plutôt de l'obésité que des médicaments. Pour les produits agricoles , le débat portera sur les OGM auxquels les Français sont allergiques. Guy Sorman

Guy Sorman
2013-07-12 10:36:51



Lire tous les articles de la rubrique Communauté

BFM BUSINESS
 
PARTENAIRES

New York in French